Voici ici ce qui peut être un bel exemple de Slow design, combiné à une démarche de design thinking, le tout pour un projet personnel qui me tenait à cœur.

A l’époque, nous sommes courant 2015, ma filleule va avoir 2 ans début 2016 et j’ai envie de lui faire un cadeau « home made ». J’ai plusieurs idées mais je n’ai pas le projet qui m’enthousiasme plus que ça. Mais, et c’est là la magie de l’inspiration, du design, je vais au D’Days festival du design à Paris et je tombe sur cet objet :

Ikea hack

Tout d’abord, la démarche m’interpelle : utiliser du mobilier Ikea comme matière première pour fabriquer autre chose. Génial !
Ensuite, la réalisation que j’ai sous les yeux me fait tout de suite penser à ma filleule. Par contre, il y a quelque chose qui me choque : La taille de cette draisienne. A mon sens, elle est beaucoup trop grande et ne correspond pas au public en âge d’utiliser ce type d’engin. (Un petit tour sur le site de décathlon et hop, une draisienne c’est entre 1 et 4 ans).

Du coup, j’ai trouvé mon projet : Une draisienne, sur la base de 2 tabourets frosta mais adaptée à la taille de ma filleule.

Je fais quelques dessins et rapidement je vais acheter les 2 tabourets, histoire d’avoir les bonnes dimensions et de pouvoir « maquetter » tout de suite.

Contrairement à la draisienne d’origine, je décide de retailler les assises pour correspondre à la taille des roues d’une draisienne enfant, soit 10 pouces (encore merci décathlon). De plus, je souhaite que la construction soit plus accessible à tous (tous les plans sont dispo en bas de cet article) donc je n’utiliserai pas de pièces imprimées en 3D. Enfin, tout ce que je vais utiliser sera dispo dans le commerce, principalement chez Leroy-merlin pour faire simple.

Dans un souci esthétique mais aussi de sécurité, j’ai pris le parti de noyer les têtes de vis dans le châssis. J’ai ajouté un réglage en hauteur et en longueur de la selle. Et enfin, j’ai réalisé une direction à lame souple. L’avantage de cette solution est qu’elle ne prendra pas de jeu avec le temps, ce qui peut souvent être le cas avec un jouet en bois. J’ai fait un premier proto, quelques modifs et finalement, j’ai livré sa draisienne à ma filleule :

Qu’en pensez-vous ? J’ai entendu dire qu’elle avait fait sensation en arrivant à la crèche.

Mais revenons à l’origine de cet article, pourquoi cet objet est-il un objet slow design ?
– DIY : fabriqué soi-même, personne n’a souffert pour produire ce jouet (à part moi !)
– Matériaux de récupération ou détourné (dont 95% de bois)
– C’est un objet destiné au plaisir, à la pratique d’une activité physique
– Tout est dispo sur internet pour que vous puissiez refaire la même

Et le design thinking dans tout ça ?
1) Empathie : Se mettre à la place de l’utilisateur et comprendre que la draisienne initiale n’est pas adaptée en terme de taille.
2) Définir : faire une draisienne pour une petite fille de 2 ans, sur la base de 2 tabourets ikea.
3) Ideation : Rechercher plusieurs solutions, apporter d’autres idées : réglage en hauteur, direction à lame souple, caoutchouc sur les roues…
4) Prototype : Plusieurs 3D et un proto ont été réalisés avant le produit final.
5) Test : Cadeau très apprécié et lourdement éprouvé depuis …

Si par hasard vous vouliez faire la même draisienne pour votre fille ou votre filleule aussi, tous les plans et toutes les instructions sont dispo sur ces 2 sites :
www.bidouillesikea.com
www.wikifab.com

[Projet] Hack Ikea : Draisienne pour enfant
Étiqueté avec :                                    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

UA-91065456-1