Depuis quelques temps, le terme « Design » est devenu à la mode. Beaucoup de gens utilisent ce terme sans trop savoir ce qui se cache derrière.

Si l’on en croit le petit Larousse, le design c’est : « nom masculin (mot anglais). Discipline développée au XXe siècle, visant à la création d’objets, d’environnements, d’œuvres graphiques, etc., à la fois fonctionnels, esthétiques et conformes aux impératifs d’une production industrielle. »

Ce qui me saute tout de suite aux yeux dans cette définition, c’est la notion de temps. A l’échelle de l’humanité, le design est une discipline très jeune. Mais pour nous, vivant au XXIe siècle, c’est déjà une discipline pratiquée depuis plusieurs décennies, avec quelques maîtres en la matière et de nombreux exemples de son intérêt pour les entreprises.

Ensuite, la définition du terme « design » nous renvoie vers 2 notions très importantes : L’esthétique du produit bien sûr mais aussi sa conformité aux impératifs d’une production industrielle. En effet, bien souvent, lorsque l’on parle de design, on a en tête le côté esthétique de la discipline et nombreuses sont les personnes à ne pas aller voir plus loin. Effectivement, le design a d’abord été une recherche esthétique et il n’y a qu’un pas entre les arts décoratifs et le design.

Mais il y a aussi toute une partie de la discipline qui consiste à donner du sens au produit : Pourquoi ce produit ? Pour qui ? Comment ? …
Bien sûr, et c’est là toute la subtilité du design, il faut que l’esthétique du produit soit en cohérence avec le sens que l’on a donné à celui-ci.

Donner du sens à un produit, qu’est-ce que ça signifie ?

Ça veut simplement dire que l’on sait pour quoi et pour qui on le conçoit. Ça veut dire que le produit répond à une demande identifiée (soit par le client final, soit par le commanditaire de l’étude). Très simplement, on ne conçoit pas un produit de la même façon si il est à destination d’un public féminin ou masculin par exemple. Et je ne parle pas là seulement de le faire bleu ou rose mais bien d’ergonomie, de poids, de taille…

Le design est donc une discipline déjà complexe mais en plus, on y ajoute une petite dose d’amalgame. Désormais le seul terme « designer » n’est plus suffisant pour qualifier une discipline très variée :

  • Le design d’édition. C’est pour moi le design originel. Celui du mobilier, du luminaire, des objets d’éditeur plutôt pour la maison.
  • Le design produit. C’est celui qui est arrivé avec la révolution industrielle. Pour simplifier, c’est le design des objets de la vie courante.
  • Le design packaging, C’est celui des emballages qui mettent en valeur les objets précédemment cités.
  • Le design graphique. A l’origine, c’était celui des affiches.
  • Le design d’environnement. C’est celui des espaces publics, des points de vente, des espaces de travail…
  • Le design UI. C’est celui des interfaces homme-machine.
  • le webdesign. C’est le dernier né, celui du web.

Voilà, le design, c’est un peu tout ça et en plus, c’est fortement lié à la personnalité du designer qui se trouve en face de vous.

Pour ma part, j’aime qu’un produit soit pratique et utile à son utilisateur. Ça me semble évident si l’on veut que le produit trouve sa clientèle. Bien entendu, j’attache une grande importance à l’apparence finale de l’objet. Enfin, j’aime à penser que mes objets n’ont pas un impact négatif sur l’environnement. Pour moi, c’est tout ça le Slow Design : Un bel objet, utile et écologique. C’est un objet durable et qui vous sert au quotidien.

Et vous, quelle est votre vision du design ?
Envisagez-vous d’avoir recours à un designer pour votre prochain produit/projet ?


Le design, qu’est-ce que c’est ?
Étiqueté avec :                            

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

UA-91065456-1